La Messe en Martinique, Guadeloupe

Pour être allé en Métropole et en Martinique, il y a de légères différences entre les 2 célébrations.
En Martinique, c’est avec ferveur que les pratiquants viennent avec parfois 30 minutes d’avance. En Métropole, 10mn avant la célébration l’église est encore vide.
La messe a un rôle social très fort et c’est en famille que tout le monde s’y retrouve. Si en Métropole, les paroissiens ont une moyenne d’âge élevée, aux Antilles c’est tout l’inverse.
Les mamans Antillaise sont très pratiquantes et chaque sacrement tel que le baptême, les communions donne lieu à des fêtes gigantesques.
Beyond The Beach
Pour illustrer mes propos je parlerai d’une petite paroisse que j’apprécie, la paroisse du Vauclin en Martinique dans le sud de l’île.

Eglise du Vauclin

Cette paroisse sympathique, fait chaque semaine une messe très animée. La chorale chante avec tout son cœur et possède chose rare un tambour et un ti bois pour les percussions en complément de l’orgue.

Je trouve trop « génial » de pouvoir suivre la messe et de temps à autres regarder par la fenêtre la plage en arrière fond : un régal.

Aux Antilles comme je vous le disais, il faut arriver 30 minutes avant pour être sûr de trouver une place.

Si je me permets d’aller en jean et en T-Shirt à l’église là-bas, ici ce n’est même pas la peine. Tout le monde se sape.

En entrant à l’église, c’est la remise du petit feuillet de messe avec tous les chants.

Commence alors la répétition 15mn avant l’heure de la messe. Le répétiteur, essaye tant bien que mal de « chauffer la salle » à l’aide de la chorale. La chorale elle fait toute la différence !!! C’est bien gentille une petite chorale avec un orgue, mais quand on rajoute à cela des percussions de tambour et de ti-bois cela rend bien et je me suis même surpris à bouger.

Quelques mamies habituées se retrouvent et se saluent de loin, les adolescents restent au fond, les enfants encore au catéchisme sont priés d’aller à l’avant.

Vient enfin l’heure de la messe. Le prêtre rentre, précédé d’enfants de cœur. Si en métropole, il y a de plus en plus de filles, ici quasiment que des petits garçons.

Tout le monde entonne le chant d’entrée précédemment répété, mais cette fois avec ferveur.
Après les lectures habituelles faites par les paroissiens (ancien testaments, Saint Paul), vient la parole d’évangile :
Tout le monde se lève, fait un signe qui consiste à faire avec son pouce et son index, un signe de croix sur son front (la mémorisation), la bouche (la transmission), le cœur (le ressentie). Tout le monde écoute en silence.
Le prêtre fait ensuite son homélie. En Martinique, mais cela dépend des prêtres, elle est plus longue et moins en rapport avec l’actualité.

Après c’est le moment de la quête. Là pas trop de différence avec la métropole.

Vient ensuite la bénédiction du pain et du vin. Un des moments forts de la messe !!!
Le prêtre bénie le pain puis le vin. Quand le père bénie le pain ou le vin, il faut suivre du regard et non baisser la tête tout de suite.
Ce n’est que quand le pain ou le vin se retrouve en bas qu’il faut complètement baisser la tête et attendre la petite clochette pour la relever.

Après la bénédiction, vient le moment de la « Paix du Christ » où tout les chrétiens partagent la paix du christ, c'est-à-dire se sert la main ou se font la bise pour les plus proches.

Enfin, moment ultime, le moment de la communion.
Pendant que le père communie ceux qui vont par la suite donner le corps du christ, les enfants de cœurs se placent.
Les paroissiens commencent à se positionner derrière eux et font la queue.

La distribution commence : le fidèle se place en mettant sa main gauche sur sa main droite.
On lui dit « le Corps du Christ » et le distributeur lui pose l’hostie sur la main gauche. Il dit Amen, récupère l’hostie avec sa main droite et la porte à sa bouche en revenant à sa place pour prier.

Après la communion, le père nous bénie et nous envoie transmettre la bonne parole.
Il faut écouter alors les annonces et se préparer à chanter le chant de sortie assez festif !!!

En sortant les familles et les amies. Les femmes se racontent les derniers « milans » (potins) et les hommes se charrient entre eux.

Il n’est pas rare d’ailleurs que Messieurs à la sortie de l’église passe au bar ou chez un compère pour boire un petit feu (ti-punch)

Comme vous le voyez, ce moment privilégié est un moment de partage et à une très grande valeur sociale qui commence à se perdre.

Un vidéo de la messe à Saint Anne en Martinique

Une vidéo de la messe à Saint Anne en Martinique. On y découvre chant et toute l'ambiance antillaise.


Pour encore Approfondir


Et si Dieu n'aimait pas les Noirs ? : Enquête sur le racisme aujourd'hui au Vatican

Pourquoi aller à l'église ? : L'eucharistie, un drame en trois actes