Histoire de André Aliker

S'il avait été encore de ce monde, André Aliker assassiné à 34 ans, aurait pu trouver largement de quoi alimenter son journal avec le  bouclier fiscale, de crises économiques mondiales mais surtout locales, de la Pwofitasyon que combat le LKP et de petit business à l'amiable entre grands de ce monde.

Beyond The Beach
André Aliker est né en 1900 dans le quartier Roches-Carrées au Lamentin en Martinique, au sein d'une famille d'ouvriers agricoles.
Il va à l'école du bourg du Lamentin et une enfance classique de petit martiniquais.

Pendant la 1ère guerre mondiale, il s'engage et fait preuve d'un courage et d'une témérité extraordinaire.

Andre Aliker

De retour au pays, il travaille d'abord dans une petite boutique (épicerie) à Fort de France, puis monte un commerce de vente en gros et demi-gros.

Militant, il s'inscrit parallèlement au parti communiste Jean Jaurès et est animateur au syndicat des employés de commerces.
En 1920 sort la 1ère édition du journal Justice où il est rédacteur, journaliste et gérant.

Les choses commencent à mal tourner quand il s'intéresse à une affaire de fraude fiscale qui se volatilise miraculeusement pour une béké.

En effet Mme Aubéry condamné par le tribunal de première instance de Fort de France à payer 8M de Francs pour fraude fiscale en 1929 se voit non inquiété en cours d'appel et même remboursé d'une somme de 80 000 Francs en 1930.
En 1932 la colonie entérine définitivement l'affaire en se désistant de son pourvoi en cassation.

Persuadé de la fraude et surtout de la corruption flagrante, André Aliker publie une édition spéciale de son journal.
Le gendre de Mme Aubéry tente d'étouffer l'affaire et essaye de le corrompre : André Aliker refuse et publie l'anecdote dans son journal.

Pour le faire taire, tous les moyens sont utilisés : pression des banques qui réclament du jour au lendemain toutes leurs créances, le 3 Novembre 1933 agression en public sur la Savane alors qu'il regarde un spectacle de Cirque.

Le 1er janvier 1934, alors qu'il se trouve à la Baie des Flamands à Fort de France, il se fait enlevé par 3 hommes qui le bâillonne, le ligote, le transporte dans une petite embarcation et le jette à la mer.
Il arrive à s'en sortir et rejoindre le rivage.

Le 12 janvier 1934, son corps ligoté et sans vie est rejeté par la mer sur la plage de Fond Bourlet entre Case Pilote et Bellefontaine.
L'autopsie révèlera un homicide.
2 Saint Luciens et 1 martiniquaise (accusé d'avoir acheté la corde) sont rapidement mis en cause.
La martiniquaise arrive à prouver son innocence.

La justice colonialiste de l'époque, acquitte les 2 St Luciens à Bordeaux le 22 janvier 1936 faute de preuves.

Persuadé que l'assassinat de son frère a été commandité par Eugène Aubéry, Marcel Aliker tente de se venger lors d’un enterrement. Cependant son révolver s'enraille et il passera quelques mois en prison avant d'être acquitté. La justice a préféré être clémente afin d'éviter des émeutes.

André Aliker deviendra un symbole et un révélateur de la condition des ouvriers martiniquais fasse à la puissance du monde colonialiste.
Son combat a inspiré de nombreuses personnes notamment son petit frère Pierre qui se bat depuis via son engagement politique en portant encore le deuil de son frère en s'habillant en blanc.

Pour aller plus loin


Un film retraçant la vie d'André ALIKER est sorti en Juin 2009 et a été interprété par Stomy Bugsy sous la direction de Guy DESLAURIERS.
Il est malheureusement assez difficile de se procurer le DVD

Le tour des yoles rondes de 2010 est un hommage à Pierre Aliker son frère.

Cette histoire nous rappelle aussi les combats contre le système économique Antillais en 2009 mais surtout les conséquences des grèves sur le tourisme aux Antilles

Découvrer aussi l'histoire d'un autre grand homme qui marqué l'histoire des Antilles : Victor Schoelcher

Enfin pour mieux connaitre l'histoire de la Martinique et de la Guadeloupe je vous conseille

Histoire des Antilles françaises : XVIIe-XXe siècle